ROISSYMAIL n°499 du 04/06/2010
 DĂ©bat public
« Picardie-Roissy » dans le Nord Seine-et-Marne, hier soir. Les « Verts » pour les deux tracés…

RFF affute ses arguments
Le débat, hier soir, dans la salle de la CC PGM, à Dammartin
Bernard Loup, en apportant la caution des des Verts au projet, a créé la suprise.
M. Lucas, un chef d'entreprise d'Amiens, veut aller plus vite...

La Commission particulière de débat public (CPDP) continue ses réunions de présentation et de débat sur le projet de RFF, la fameuse liaison ferrée Picardie-Roissy, qui consiste à relier les villes picardes au réseau « TGV », à partir de la gare TGV de Roissy-CDG.

Hier soir, c’était à Dammartin que les membres de la CPDP et RFF sont venus porter la bonne parole. Globalement, les « nord-seine-et-marnais » ne se sont guère excités sur un sujet dont on a bien compris que ce n’était pas vraiment le leur (ils ont d’autres problèmes en matière de transports en commun). Le conseiller général du canton, Bernard Corneille, et le président de la CC PGM, Bernard Rigault, sont intervenus prudemment dans le débat.

En revanche, les élus de la CC Roissy Porte de France (directement concernés par le projet puisque celui-ci prévoit la construction d’un barreau ferré de 7 à 10 km sur leurs territoires) étaient venus en force, avec toujours les mêmes arguments : que le train passe par ailleurs, mais pas par chez eux. Et, puisque dans les arguments de Picards, il s’agit aussi de permettre à ceux-ci de se rendre plus facilement sur l’aéroport pour rejoindre leur travail, les arguments des « contres » s’adaptent... Quitte à dire des choses étranges, comme le maire de Survilliers, visiblement en service commandé, qui a assuré qu’il « n’y avait pas beaucoup d’emplois autour de la gare TGV de CDG » !

Une habitante de Villeron (le maire Ch. Nahon était là), membre du conseil municipal a lu une déclaration du genre : on veut pas du tracé, on veut notre cadre de vie, reprenant les mêmes arguments sur le peu d’emplois et s’apitoyant sur les « galériens de l’Est du Val d’Oise… ».

Le débat a tourné un moment, évidement, sur le barreau de Gonesse. D’une manière surprenante, Bernard Loup, un écolo du Val d’Oise a pris position : les « Verts » sont pour les deux tracés (barreau de Gonesse et Picardie Roissy), arguant que « pas un seul technicien » ne valide de tracé alternatif pour la future liaison Picardie Roissy.

Il rejoignait en cela RFF qui a dû, devant certains arguments (faire passer les TGV picards par le futur barreau de Gonesse) se fendre d’une nouvelle contribution écrite, distribuée ce soir là. On peut y lire que « cela n’est techniquement pas envisageable », à tranché RFF, s’agissant d’un éventuel raccordement entre les voies RER et la LGV d’interconnexion au sein de l’aéroport (…) du fait de l’environnement très contraint de la plate forme, si ce n’est, et sous toutes réserves, à des coûts sans proportions avec les flux dont il est question. La circulation des trains sur le barreau de Gonesse n’est donc pas faisable ».

M. Guillaume Lucas, un entrepreneur d’Amiens (Faiveley Transports) a fait une intervention remarquée. Il a lancé une association nommée « TGV 2017 » afin d’accélérer le projet de RFF (prévu pour 2020) pour permettre aux gens du nord de la région parisienne de venir travailler en Picardie. Problématique à laquelle personne n’avait pensé à ce jour, du moins par ici.
Les réunions vont continuer : il en reste 5 (dont Tremblay et Gonesse) jusqu’à la dernière à Chantilly, le 7 juillet.

Mais, au delà du sujet propre de la liaison picarde, les débats montrent bien qu'on a besoin d'une "gouvernance" propre : chacun, élus ou autres, exprime ses besoins en matière de transports, dans son coin, sans aucune concertation. Ça part dans tous les sens... Bon, moi j'dis ça, c'est pour M. Rebuffel...

Vous aurez tout, dates et documents sur le site ci-dessous.

EV

Savoir tout sur le débat
 Les autres articles de cette NewsLetter
Conception réalisation vpp communication • http://www.vppcom.com